Comment Apple espionne les utilisateurs de l'iPhone

Publié le par Le.vent.qui.souffle.sur.Chelles

http://www.lesechos.fr/info/hightec/4654269.htm?xtor=EPR-1000
Jeudi 29 novembre 2007

Grâce aux cartes de crédit et au compte iTunes nécessaire à l'activation de l'iPhone, Apple peut savoir qui s'est procuré son téléphone et quelles musiques l'utilisateur a achetées sur son service musical.

Olivier P. voulait un iPhone. A l'occasion d'un voyage en Californie en octobre, il profite de l'occasion pour acheter le téléphone d'Apple en plusieurs exemplaires. En payant avec sa Carte Bleue française dans l'Apple Store de Santa Monica, le vendeur lui demande alors une signature électronique sur un écran tactile. Impatient, Olivier valide lui-même la signature et... accède à son compte iTunes, avec tous les paiements qu'il a réalisés sur le site de musique d'Apple. « Le vendeur m'a tout de suite retiré le terminal des mains », explique Olivier.

Lors d'un achat dans une autre boutique, le vendeur refuse à Olivier un achat en liquide. « Vous devez payer au moins 10 % du prix de vente avec votre carte de crédit », explique le vendeur.

La société de Cupertino peut savoir, non seulement qui a acheté un iPhone aux Etats-Unis, grâce au numéro de carte de crédit, mais aussi quelles sont les musiques téléchargées par l'acheteur sur son site grâce à la même carte de crédit. En effet, pour activer l'iPhone, il est nécessaire d'avoir un compte sur le service de musique en ligne iTunes... qui, lui-même, ne peut être créé qu'en donnant son numéro de carte.

Un chiffre gardé secret

Apple sait donc, très précisément, combien d'iPhone sont déjà présents sur le marché français, sans avoir un abonnement avec Orange. « C'est un chiffre que nous ne communiquons pas », se borne à déclarer Greg Joswiak, vice-président marketing pour l'iPod et l'iPhone.

Orange, de son côté, n'a pas eu accès à ces données. A la fin du mois d'octobre, Apple avait simplement reconnu que sur les 1,4 million de téléphones vendus aux Etats-Unis, 250.000 avaient été débloqués pour être compatibles avec d'autres réseaux que celui d'ATT aux Etats-Unis. Mais il est possible que ces terminaux, déjà présents sur le marché hexagonal, nuisent aux estimations de ventes d'Orange. L'opérateur espère écouler 100.000 téléphones d'Apple d'ici à la fin de l'année. Mais l'iPhone est commercialisé à 399 euros en France, alors qu'aux Etats-Unis il ne vaut que 268 euros (399 dollars)... Un dollar faible qui pourrait jouer des tours à Orange.


Publié dans REVUES DE PRESSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article