Des élections pas seulement municipales, par Patrick Jarreau

Publié le par Le.vent.qui.souffle.sur.Chelles

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-989831,0.html
LE MONDE | 14.12.07 | 14h09  •  Mis à jour le 14.12.07 | 14h09

Les Français sont contents de leurs maires. C'est ce qu'ils répondent, globalement, aux sondeurs. Réciproquement, les maires aiment bien leurs administrés et sont plus nombreux qu'en 2001 à avoir envie de revenir devant eux pour leur demander un nouveau mandat.

C'est surtout vrai dans les villes d'une certaine taille, précise un sondage fait par Ipsos auprès de 400 maires, en novembre, pour La Gazette des maires. Au-dessous de 10 000 habitants, l'édile manque de moyens et de concours pour accomplir une tâche difficile. Il a souvent du mal à trouver des personnes compétentes et disponibles, qui acceptent de faire partie de l'équipe municipale. Son mandat est compliqué par la multiplication des problèmes et des réglementations liés à l'environnement. A la périphérie des grandes agglomérations, l'arrivée de nouveaux habitants "rurbains", en quête d'espace, de calme et de sécurité, crée de nouvelles demandes et, parfois, des tensions avec la population d'origine.

Le maire reste l'élu le plus connu et le plus apprécié des électeurs. Ceux-ci se déclarent satisfaits, dans l'ensemble, des politiques menées par leurs municipalités. Dans les grandes villes, deux sujets font des mécontents : le logement (pas assez de HLM, le privé de plus en plus cher) et les transports (les adeptes du collectif le jugent insuffisant, les individualistes se plaignent des encombrements). Beaucoup, bien sûr, trouvent que les impôts locaux sont trop élevés, mais la plupart sont satisfaits de l'usage qui en est fait.

Si l'on s'en tient là, il ne se passera pas grand-chose aux élections des 9 et 16 mars 2008. On pourrait imaginer qu'un peu comme en 1995, où il avait suivi de peu la présidentielle, le scrutin municipal traduise le rapport des forces établi par cette élection, avec les ajustements locaux qui en découlent. Mais il se trouve que de simples ajustements pourraient être déjà spectaculaires, car Ségolène Royal a devancé Nicolas Sarkozy, le 6 mai, dans de nombreuses villes où la majorité municipale sortante est de droite. En outre, les choix des électeurs qui se sont prononcés pour François Bayrou, au premier tour de l'élection présidentielle, sont en grande partie imprévisibles.

Il y a donc des maires UMP qui se font du souci, à Rouen, à Caen et à Périgueux, par exemple. A Bordeaux, Alain Juppé ne peut pas être tout à fait tranquille, après sa défaite aux élections législatives, dans une ville qui a préféré Ségolène Royal ; mais le MoDem - le parti bayrouiste - a décidé de le soutenir. Toulouse a toujours voté à gauche à la présidentielle et à droite aux municipales.

Dans le camp d'en face, Gérard Collomb est sur ses gardes à Lyon, qu'il a enlevée à la droite en 2001, mais qui a choisi Nicolas Sarkozy en mai et où le centre fait cause commune avec l'UMP. François Rebsamen, numéro 2 du PS, n'est pas tout à fait en sécurité à Dijon ; mais il peut compter, lui, sur le MoDem, qu'il se prépare à accueillir sur sa liste dès le premier tour. La majorité nationale regarde aussi vers Tourcoing, dont le basculement entraînerait celui de la Communauté urbaine de Lille, isolant Martine Aubry dans la ville centre.

Les gains potentiels de la gauche, sur la base des résultats de la présidentielle, sont l'enjeu politique des municipales. Si le PS et ses alliés convertissent massivement en mairies prises à la droite les voix recueillies par Ségolène Royal, cela démontrera la solidité de l'opposition et, corollairement, la stérilité de l'ouverture pratiquée par Nicolas Sarkozy. A l'inverse, si la gauche rate des victoires qui paraissaient à sa portée, et plus encore si elle perd des municipalités, le président de la République et ses partisans pourront se féliciter d'avoir, en dix mois, gagné du terrain.

C'est dire si l'on peut s'attendre à de rudes batailles et à une campagne sans tendresse.

 
Patrick Jarreau
Article paru dans l'édition du 15.12.07.

 

Publié dans DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article