Municipales : le PS refuse la main tendue de Bayrou

Publié le par Le.vent.qui.souffle.sur.Chelles

http://tf1.lci.fr/infos/france/politique/0,,3652560,00-municipales-refuse-main-tendue-bayrou-.html
le 15/12/2007 - 21h37

François Hollande a estimé samedi que "c'est avec la droite que se situe" François Bayrou, rappelant "son soutien à Alain Juppé" à Bordeaux.

Le Premier secrétaire a également déclaré que l'enjeu des élections municipales pour le PS est de montrer que c'est "le premier parti de France".

Non, le Parti socialiste ne doit pas s'allier avec le Modem de François Bayrou. C'est ce qu'a rappelé François Hollande samedi, lors de la Convention nationale du PS sur les municipales. "Ceux qui n'ont pas compris que François Bayrou ne voulait pas aller avec nous, je dois leur faire le rappel" de ce qui s'est passé au moment de l'élection présidentielle, où le candidat centriste n'avait pas appelé à voter pour Ségolène Royal, a-t-il soutenu. "C'est avec la droite que se situe" François Bayrou, a-t-il ajouté, rappelant "son soutien à Alain Juppé" pour les municipales à Bordeaux.

François Hollande n'a à l'inverse pas fermé la porte à une alliance à gauche du PS. Selon lui, cela peut se faire à trois conditions : "approuver le contrat que nous présentons aux Français pour les municipales et cantonales ; accepter nos alliés, la gauche, toute la gauche ; être dans l'opposition à la politique de Nicolas Sarkozy". "A ces trois conditions, chacun est le bienvenu", a conclu le numéro un socialiste.

La "diversité" pour mieux séduire

Le premier secrétaire a par ailleurs fixé pour mission au PS de "démontrer qu'il est le premier parti en France" lors des élections municipales et cantonales du mois de mars. "Il n'y aura de redressement possible pour le PS que si, dans les urnes, il est démontré qu'il est la principale force politique, le premier parti de France. C'est là l'enjeu", a-t-il déclaré. Les élections locales de mars sont "un scrutin national, un scrutin politique", a estimé le député-maire de Tulle. Par ailleurs, a-t-il fait valoir, qu'à l'occasion des municipales, "Nicolas Sarkozy veut obtenir la confirmation des électeurs pour continuer et amplifier sa politique" au moment où "la contestation est là".

Pour séduire, le PS cherche à récuser l'image d'un parti ossifié, pourtant nourrie par certains responsables. Chargé des élections, Bruno Le Roux a insisté sur "le renouvellement" des candidats, "les progrès" sur la parité hommes-femmes et "la diversité", c'est-à-dire les candidats issus de l'immigration. Les femmes têtes de liste représentent "un peu moins de 25%" du total et outre des mairies comme Lille et Montpellier déjà détenues, le PS espère en gagner d'autres qui seraient gérées par des femmes, telles Rouen, Niort, Lisieux, Saint-Brieuc ou Reims. Surtout, le PS récuse le reproche de frilosité sur la prise en compte de la diversité, annonçant "plusieurs milliers de candidats". "Nous n'acceptons pas d'être montrés du doigt alors que nous l'avons réalisée !", a déclaré Bruno Le Roux.

A Etaples, dans le Pas-de-Calais, la fédération est priée de se ranger derrière Bagdad Ghezal, choisi par les militants locaux. A Lyon, le maire Gérard Collomb placera Zora Ait Matem en "position éligible".

(D'après agence)


Publié dans DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article