Sabordage de la culture

Publié le par Le.vent.qui.souffle.sur.Chelles

André Rouillé - Editorial - 03 janv. 2008

On aurait tort de chercher l’événement culturel de l’année 2007 en France du côté des musées, des théâtres, des concerts, des festivals ou de l’édition. Cet événement n’a pas eu lieu dans le champ de l’art, de la photographie, du design, de la danse, du théâtre, de la musique, ou de la littérature. Il s’est produit ailleurs, avec la participation d’une majorité de Français. Cet événement, dont les résonances s’annoncent d’ores et déjà profondes, c’est évidemment l’élection de Nicolas Sarkozy à l a tête de l’État.
Jamais un candidat à la magistrature suprême n’avait en effet autant mêlé dans sa campagne la culture à la politique. Jamais la «rupture» culturelle n’avait autant été présentée comme l’une des conditions de réalisation d’un programme politique . Il faut remonter au premier septennat de François Mitterrand, et à l’action menée par Jack Lang au début des années 1980, pour trouver un semblable rôle politique accordé à la culture.
C’était l’époque fulgurante de la promesse (jamais tenue!) de consacrer au ministère de la Culture 1% du budget de l’État, celle de la légalisation des «radios libres», celle de l’attention gouvernementale accordée à l’art contemporain, celle de la création des Frac et des Drac, celle de l’ouverture de la culture à des pratiques — comme la mode ou le design — jusqu’alors reléguées dans le purgatoire des «arts appliqués», etc.

Mais la comparaison s’arrête là. Le projet culturel de Nicolas Sarkozy est aux antipodes de celui qu’a défendu avec détermination Jack Lang face aux kabbales réactionnaires menées contre les colonnes de Buren, la Pyramide du Louvre, l’Opéra Bastille, ou encore contre la loi sur le prix unique du livre.
Même si la passion du socialiste d’alors s’est muée en une pitoyable indulgence pour l’actuel chef de l’État, Jack Lang restera celui qui a accompagné un mouvement visant à enrichir, grandir et dynamiser la notion de culture en la décloisonnant, en l’étendant aux recherches et aux pratiques les plus contemporaines et les plus exigeantes, en l’élargissant à des domaines longtemps méprisés de création.

LIRE LA SUITE

Publié dans SOCIETE - SOCIAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article