Le projet d'aire d'accueil est approuvé Christel Brigaudeau

Publié le par Le.vent.qui.souffle.sur.Chelles

 

mardi 08 janvier 2008 | Le Parisien


AVANTAGE : Chelles. Une manche vient de s'achever dans le combat qui oppose depuis des mois les villes voisines de Chelles et Montfermeil (Seine-Saint-Denis). L'objet du débat ? Le choix de l'implantation de l'aire d'accueil chelloise pour les gens du voyage.

 

D'une capacité de 25 places, conformément aux obligations faites par l'Etat à la ville, cette aire figure dans le projet de plan local d'urbanisme (PLU) de Chelles, sur un terrain limitrophe de Montfermeil. Un choix qui scandalise riverains et élus UMP de la commune de Seine-Saint-Denis.

Dans son rapport, paru en décembre au terme d'un mois de consultations, le commissaire-enquêteur chargé d'étudier le projet de PLU de Chelles a tranché : il juge comme « une forme de xénophobie » les oppositions émanant des Montfermeillois et se déclare en faveur de l'implantation choisie par Chelles.

« Le commissaire-enquêteur n'a pas su se mettre à la place des riverains », déplore Xavier Lemoine

A une condition, toutefois : que l'aire « dispose d'un accès direct par la route de Montfermeil à Chelles » et non, comme il était initialement prévu, par un chemin donnant au beau milieu d'un quartier pavillonnaire montfermeillois.

« Nous nous plions totalement à cet avis », réagit le maire (PS) de Chelles, Jean-Paul Planchou. « Le chemin d'accès à l'aire sera entièrement chellois. » Dans ce but, la municipalité a engagé des négociations avec un propriétaire riverain pour racheter une partie de son terrain afin d'y construire un chemin. Elle planche aussi sur « la manière d'embellir les abords du site », affirme Jean-Paul Planchou.

Des concessions qui ne calment que modérément l'édile UMP de Seine-Saint-Denis, Xavier Lemoine. « Le choix de créer une aire d'accueil à côté d'un quartier pavillonnaire est une faute morale et politique », martèle-t-il à l'adresse de son homologue socialiste. « Le commissaire-enquêteur n'a visiblement pas su se mettre à la place des riverains. Je me battrai jusqu'au bout contre le projet d'aire d'accueil. »

Sa pétition - signée par 330 Montfermeillois - n'ayant pas abouti, Xavier Lemoine s'en remet maintenant tout entier à la justice : un recours en annulation du PLU chellois est en cours d'instruction au tribunal administratif de Melun.

Publié dans SOCIETE - SOCIAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article