Chelles - Le chantier de Bouygues est au point mort

Publié le par Le.vent.qui.souffle.sur.Chelles

Christel Brigaudeau -samedi 05 janvier 2008 | Le Parisien

LE « HAMEAU » a mauvaise mine. Depuis plus de trois semaines, pas une brique n'a été posée sur le chantier de construction de Bouygues Immobilier, dans la ZAC de la Madeleine à Chelles. Alors que des bétonneuses et autres engins continuent d'approvisionner les chantiers environnants, ce lotissement, qui comporte 74 appartements et maisons, prend l'eau sous le regard inquiet des futurs propriétaires.
 
Lesquels se hissent sur la pointe des pieds, chaque dimanche à l'entrée du site, en quête de la trace d'un avancement de leur futur nid d'amour.
La cause de leur angoisse : IDF Paris-Sud, l'entreprise missionnée par le maître d'ouvrage Bouygues pour effectuer les travaux de gros oeuvre, a déserté. En cessation de paiement depuis juin, la société a fait l'objet d'un redressement judiciaire le 26 septembre. Puis d'une cession d'activité le 12 décembre.


Une procédure d'arrêt administratif

Cerise sur le gâteau : le même jour, une équipe d'inspecteurs du travail a effectué un contrôle sur place. En raison de mauvaises conditions de sécurité liées, selon Bouygues, à « des problèmes d'échafaudage et de nettoyage des voies d'accès ». Une procédure d'arrêt de chantier a été prononcée par la Direction départementale du travail. Du coup, Bouygues Immobilier doit non seulement « trouver une nouvelle entreprise » pour finir les maisons, mais aussi demander officiellement la réouverture du chantier.

Combien de temps prendront ces démarches ? Dans un courrier adressé à ses clients et daté du 23 octobre, Bouygues assure que la première tranche de 29 maisons, d'abord annoncée pour décembre 2007 puis mars 2008, sera achevée au second trimestre. « Nous sommes très conscients des difficultés que cette situation entraîne pour nos acquéreurs, assure Antoine Deviliers, directeur de l'agence Bouygues en charge du dossier. Nous étudierons les dossiers au cas par cas. » L'hypothèse de compensations financières pour les clients malheureux n'est à ce jour pas envisagée.

 

Publié dans SOCIETE - SOCIAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article