La grogne des élus UMP

Publié le par CHELLES AUTREMENT

Jean-Baptiste Garat - 05/02/2008 | Mise à jour : 08:28

La perte d'un siège de député et les mauvais sondages plongent la majorité dans l'incertitude à l'approche des municipales.

 

Les voyants virent au rouge. Confrontés aux interpellations de leurs électeurs sur les marchés ou interrogés par la presse dans les couloirs de l'Assemblée, les élus de la majorité ne dissimulent plus leurs doutes, à cinq semaines des municipales. A la tête du conseil national de l'UMP, Jean-Pierre Raffarin s'est fait hier le porte-voix de leurs craintes, au lendemain de deux législatives partielles difficiles pour la majorité.

 
«Le rapport Attali vient de faire sa première victime, Jean-Pierre Gorges, le maire de Chartres», dénonçait l'ancien premier ministre sur Canal +. Dans sa démonstration, Jean-Pierre Raffarin s'appuie sur la structure du vote dans la première circonscription d'Eure-et-Loir : les Chartrains se sont davantage mobilisés pour leur maire que les autres communes pour leur député. CQFD. Le parallèle entre les propositions de la commission pour la libération de la croissance française et l'annonce d'une possible TVA sociale entre les deux tours des législatives 2007, est évident aux yeux de Raffarin : à l'époque, «nous avions perdu 50 députés».

LIRE LA SUITE

 

Publié dans DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article