Malgré la conquête de Paris et Lyon, 2001 fut une déception pour la gauche

Publié le par CHELLES AUTREMENT

[ 07/03/08 ]

Le précédent scrutin de 2001 fut marqué par la conquête de Paris et Lyon par les socialistes. Mais la droite parlementaire avait conquis une quarantaine de villes importantes, notamment au détriment d'un Parti communiste déclinant.

Les précédentes élections municipales de 2001 s'étaient conclues par les victoires spectaculaires de la gauche dans les deux plus grosses villes du pays : à Paris avec Bertrand Delanoë, après vingt-cinq ans de pouvoir RPR, ainsi qu'à Lyon, traditionnel bastion de l'UDF, avec Gérard Collomb. Sept années plus tard, c'est en tout cas ce qu'ont laissé dans les mémoires ces élections locales marquées par un taux d'abstention historique de 38,5 % (au premier tour dans toutes les villes au-dessus de 3.500 habitants). Beaucoup ont cependant oublié qu'à l'issue de ce même scrutin la majorité gouvernementale d'alors avait perdu une bonne quarantaine de villes de plus de 15.000 habitants, constituant ainsi un premier revers électoral pour la gauche plurielle (PS, PC, Verts, divers gauche) rassemblée derrière Lionel Jospin. Dès le lendemain des résultats, ce scrutin d'enjeu local a subitement été considéré par les dirigeants de l'opposition comme une leçon nationale, un an avant les législatives.

LIRE LA SUITE

Publié dans DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article