Corinne Lepage: le Modem et la démission de Jean Arthuis

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

06.04.2008

http://corinnelepage.hautetfort.com/archive/2008/04/06/corinne-lepage-le-modem-et-la-demission-de-jean-arthuis.html

La démission de Jean Arthuis, en attendant peut-être d'autres démissions de sénateurs conduit nécessairement les instances dirigeantes du Modem à faire des choix clairs. La situation actuelle résulte de ce que une partie des élus UDF, qui doivent pour beaucoup leur élection à l'UMP ne sont pas d'accord aux stratégies d'autonomie à l'égard de la droite. Ils se sentent d'autant plus forts pour exiger la renaissance de l'UDF que François Bayrou est affaibli non pas tant en raison de son échec à Pau ou du résultat des élections municipales, qui n'est pas aussi mauvais que la presse veut bien le dire, mais par un manque de soutien exprimé par la base du mouvement, par les nouveaux élus, par les nouveaux militants par ce que en l'état actuel nous ne leur donnons pas ce qu'ils souhaitent.

Ils sont venus au Modem pour construire un parti politique au fonctionnement démocratique.

Or, le modèle continue à fonctionner comme l'ancienne UDF alors que nous avons des militants, engagés et exigeants, qui veulent participer au fonctionnement de leur mouvement.

Nous ne leur en donnons pas les moyens.

L'absence de communication en direction des militants, l'absence de mise à disposition de moyens d'échange par internet sont en définitive encore plus gênantes que l'absence d'instances organisées. Si dans certaines fédérations, tous les acteurs ont joué le jeu, il n'en va pas de même dans d'autres où les structures anciennes ont perduré interdisant aux nouveaux militants d'accéder à la communication, à la définition de la stratégie, à la capacité de participer aux réunions.

Ils sont également venus au Modem pour travailler sur le fond des sujets, lesquels ne manquent pas. Dire qu'on est ni de droite et de gauche n'a pas d'intérêt en soi, hormis bien évidemment démontrer que l'on n'est pas sectaire.

Le seul intérêt de ce positionnement consiste à avoir la liberté nécessaire pour établir un projet autonome, sans avoir à satisfaire un clientélisme de droite ou de gauche, projet qui ne peut être qu'au-delà de la droite et la gauche dans la mesure où les réponses de l'un comme de l'autre ne sont pas adaptées aux enjeux contemporains.

Dans la confusion actuelle, mes amis de CAP21, tous mes amis du Modem qui partagent cette analyse et moi-même sommes décidés à nous investir dans la réflexion autour du projet.

Les capacités, les intelligences, les connaissances ne manquent manifestement pas parmi nos militants.

Je propose à tous ceux qui le souhaitent d'y participer



Publié dans MOUVEMENT DEMOCRATE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article