Apprendre à enseigner sur le tas ou à l'école : le débat est relancé

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

Les personnels des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) ont le blues.

La perspective de la prochaine disparition de ces lieux qui, depuis leur création en 1990, forment les enseignants du premier et du second degré se fait de plus en plus précise. "On a le sentiment d'avoir reçu le dernier coup de bambou", confie, sous le sceau de l'anonymat, un responsable.

Cette perspective découle de l'annonce le 27 mai par Nicolas Sarkozy du recrutement des enseignants au niveau master 2, soit bac + 5 (la formule employée est celle de "masterisation") à partir de 2010. Et de la confirmation officieuse par l'Elysée, le 30 mai, que cela aurait pour conséquence "la disparition à terme" des instituts. Depuis, les protestations se multiplient devant ce qui semble remettre en question le principe d'une formation professionnelle spécifique des enseignants, au profit du seul "compagnonnage", c'est-à-dire l'accompagnement des débutants par des enseignants aguerris.


LIRE LA SUITE

Publié dans ENSEIGNEMENT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article