Front commun contre la "présidentialisation" du PS

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

Nicolas Barotte - 30/06/2008 | Mise à jour : 09:09 |

Benoît Hamon et Pierre Moscovici ont présenté leurs contributions respectives ce week-end.

Pas d'accord. C'est même leur point commun : ils ne sont pas du tout d'accord avec l'attitude de Ségolène Royal. En présentant leurs contributions respectives ce week-end, l'aile gauche du PS et l'aile droite ont réagi au quasi-meeting de précampagne électorale que l'ancienne candidate à la présidentielle a tenu samedi.

La démonstration de force n'a pas plu à Benoît Hamon et ses partisans, installés dans un amphithéâtre de la Sorbonne samedi. Avant de présenter une contribution très marquée à gauche, «Reconquêtes», le député européen a adressé un message très direct à l'ancienne candidate «qui a donné à sa réunion le titre de premier meeting de l'opposition» : «Nous sommes contents, chère Ségolène, que les vacances soient terminées !»«Vous nous avez manqué dans la rue» quand «nous étions aux côtés des salariés». Benoît Hamon et Henri Emmanuelli sont parmi les rares leaders socialistes à avoir participé aux manifestations contre le «démantèlement du droit du travail». «L'objectif n'est pas d'être à l'aile gauche du Parti socialiste, l'objectif c'est que le Parti socialiste reste un parti de gauche», a poursuivi Hamon en demandant explicitement qu'il n'y ait pas «une nouvelle vague d'accords avec le MoDem aux régionales» en 2010. Avec ses partisans, il souhaite «changer la majorité» du parti. Invité principal de la journée, l'ancien premier ministre Laurent Fabius a souligné des «convergences» avec sa propre démarche.

Publié dans REVUES DE PRESSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article