Endettement : les collectivités prises au piège des produits structurés

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

[ 07/07/08  ]

Depuis le début des années 2000, les collectivités ont exposé plus de 10 milliards de dette aux produits structurés, voire très exotiques, et subissent de plein fouet l'inversion de la courbe des taux et les tensions sur le change. Les banques réaménagent la dette, mais certains établissements ont déjà porté l'affaire sur le front judiciaire.

Cliquez ici

La crise du « subprime » des collectivités. La nouvelle mandature municipale s'annonce extrêmement difficile pour certaines villes. Mais aussi pour des régions, des départements, des hôpitaux ou des bailleurs sociaux, plongés dans une situation financière critique en raison d'une sophistication bancaire à outrance pour profiter de taux d'appel. Au mieux, « certaines collectivités pourraient être amenées à voter un budget supplémentaire pour supporter la charge d'intérêts liés aux produits structurés », indique Isabelle Kebe, directrice générale de Groupe FCL. Dans le pire des cas, elles ne peuvent faire face à leurs échéances. Une communauté de communes s'est ainsi vu aménager sa dette à 100 % sous forme de produits dérivés de taux par Dexia. Avec l'inversion de la courbe des taux, elle doit acquitter aujourd'hui le double de frais financiers, à 9 % sur 50 millions de dette.

Environ 29 % des 45 milliards d'euros de dette des collectivités sont exposés à des produits structurés, dont plus de 40 % en produits les plus risqués (options de change ou produits de pente jouant sur la différence entre les taux courts et les taux longs), selon Finance Active. Et ce sont souvent les collectivités connaissant les plus fortes difficultés budgétaires qui sont les plus exposées aux produits structurés.

Publié dans REVUES DE PRESSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article