Prêts communaux aux noms "exotique", "boule de neige", "à pente", "à barrière" ou "channel" : manque de vrais professionnels de la finance en Mairies ?

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

Les finances des collectivités locales sont fragilisées par la crise du crédit
LE MONDE | 18.07.08 | 15h01  •  Mis à jour le 18.07.08 | 15h22

La crise du crédit est en train de s'étendre aux collectivités locales. Selon l'étude de l'agence de notation financière Fitch publiée mercredi 16 juillet, un quart des 105 milliards d'euros empruntés par les communes, départements et régions le sont dans le cadre de prêts complexes dont certains subissent, depuis 2007, une très forte hausse de leurs taux. Environ 20 à 25 milliards de prêts particulièrement risqués entraînent certaines communes dans "une fuite en avant".

Les banquiers ont de l'imagination. Derrière des noms fantaisistes se cachent des produits sophistiqués qui, avec la hausse actuelle des taux, se révèlent très coûteux pour beaucoup de communes, notamment les plus petites, peu familières des techniques financières.

Le mécanisme est souvent le même : le crédit est consenti dans un premier temps à un taux bonifié voire nul, donc extrêmement favorable, puis bascule vers un taux dit "dégradé". Celui-ci est censé compenser les avantages de la première période, à un niveau inconnu à l'avance et fixé en fonction de critères variés : taux de l'argent, inflation ou différentiel d'inflation, taux de change entre deux ou trois monnaies, écart entre taux à court et long terme...

LIRE LA SUITE


Publié dans FINANCES LOCALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article