L'intercommunalité, angle d'attaque de la réforme territoriale

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

[ 09/10/08  ]

Le texte du projet de loi démocratie locale sera soumis à la concertation dans les prochains jours. Objectif : simplifier la carte de l'intercommunalité et installer cet échelon dans le paysage institutionnel.

Cliquez ici

Ils ne parleront que de cela ou presque. Les élus réunis aujourd'hui et demain à Montpellier pour leur 19e convention, sous la houlette de l'Association des communautés de France (ADCF), ont hâte de voir le gouvernement lancer la réforme de l'intercommunalité. Le projet de loi démocratie locale, dont la trame a été transmise aux associations d'élus, doit y pourvoir. Le texte élaboré par les services d'Alain Marleix, le secrétaire d'Etat aux Collectivités locales, sera devant le Conseil des ministres courant décembre et examiné en première lecture début 2009 par le Sénat.

Le gouvernement a fait le choix de disjoindre ce projet de loi, dont la rédaction est quasiment achevée, du travail de réflexion sur la clarification des pouvoirs locaux, qui sera confié par l'Elysée à Edouard Balladur (lire ci-dessous), et de la réforme de la fiscalité locale qu'entraînera la reconfiguration des structures locales. « En fait, ce sont les trois étages d'une même fusée », explique-t-on dans l'entourage d'Alain Marleix. Nicolas Sarkozy en a précisé l'objectif le mois dernier : produire des économies grâce à une restructuration profonde du cadre institutionnel local.

Paradoxalement, l'intercommunalité, dont l'une des finalités était de rationaliser la dépense publique, n'a pas limité les frais de structure. Bien sûr, la loi Chevènement de 1999 a permis son essor, avec près de 600 communautés d'agglomération ou de communes créées entre 2001 et 2008, ainsi qu'une couverture quasi complète de l'Hexagone, à 3.000 communes dont Paris. Mais qualitativement le bilan est très mitigé. On ne compte plus les rapports qui fustigent l'incohérence des périmètres de ces intercommunalités qui lèvent la taxe professionnelle (TP), le maigre contenu des compétences exercées ou encore l'opportunisme de certaines communes pour empocher les incitations financières au regroupement versées par l'Etat. Tant et si bien que le fameux « mille-feuille territorial » a pris plus de poids qu'il n'en a perdu.

Le projet de loi Marleix veut l'alléger de ces « coquilles vides » que sont souvent devenus les 16.000 syndicats de communes - à vocation unique (Sivu) ou multiple (Sivom) - qui jonchent le territoire. Il s'agit aussi de faire en sorte que plus aucune commune n'agisse hors de toute intercommunalité en 2014, date du renouvellement des assemblées communautaires. Les dotations de l'Etat pourraient être mises en balance pour inciter les récalcitrantes à rentrer dans le rang, mais rien n'est encore acté sur ce point.

Publié dans REVUES DE PRESSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article