Européennes : l'UMP et le PS en position de faiblesse

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

Samuel Potier (lefigaro.fr), avec agences  - 03/12/2008 | Mise à jour : 17:49 |

A six mois du scrutin, le tout premier sondage laisse apparaître un éparpillement des intentions de vote, les deux grands partis totalisant chacun seulement 22%, devant le MoDem de Bayrou (12%) et le tandem Daniel Cohn-Bendit/José Bové à 11%.

Les élections européennes serviront-elles de défouloir pour les Français ? A en croire la première enquête Ifop-Paris Match à six mois de la tenue de ce scrutin, qui n'a jamais passionné les électeurs, aucun parti politique ne semble en mesure de s'imposer nettement. L'UMP et le PS de Martine Aubry sont certes à égalité, avec 22% des intentions de vote, mais leur niveau reste très faible. L'Ifop attribue ce résultat à «l'éclatement de l'offre électorale et au réflexe défouloir inhérent au scrutin européen».


Le score de l'UMP est en effet très en deçà de celui obtenu par Nicolas Sarkozy au premier tour de l'élection présidentielle (31,2%), mais est au-delà de celui qu'il avait réalisé lors des dernières élections européennes de 2004 (16,6%). Le PS fait certes jeu égal avec le parti présidentiel, mais son résultat est toutefois loin de celui du premier tour de l'élection présidentielle (25,9%) et de celui du dernier scrutin européen (28,9%). L'Ifop souligne d'ailleurs que seuls 60% des électeurs de Ségolène Royal de 2007 se détermineraient en faveur de la liste socialiste. Un chiffre qui montre encore une fois les difficultés qu'aura Martine Aubry pour rassembler et surtout convaincre tous les socialistes.

 

Bayrou, Cohn-Bendit et Bové au-dessus de 10%

Publié dans EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article