Un maire soupçonné de faux aggravé: 18 mois d'interdiction des droits civiques requis

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

02.02.09 | 20h23

Dix-huit mois d'interdiction des droits civiques ont été requis lundi par le tribunal correctionnel de Melun à l'encontre du maire socialiste de Pontault-Combault, Monique Delessard, également vice-présidente du Conseil général de Seine-et-Marne, jugée pour faux aggravé.

Mme Delessard est soupçonnée d'avoir paraphé un faux acte de mariage de son prédécesseur Jacques Heuclin, daté de la veille de sa mort, unissant ce dernier à Armell Reffait, avec qui il vivait depuis 25 ans et avait une fille.

LIRE LA SUITE

Publié dans SEINE-ET-MARNE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article