L'Oréal a bien du mal à maquiller la crise

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

LE MONDE | 18.02.09 | 14h23  •  Mis à jour le 18.02.09 | 14h23

L'industrie de la beauté a souvent été considérée comme résistant bien aux crises. La pulsion cosmétique des consommateurs n'était pas censée perdre en intensité en période de retournement économique. Au contraire même : un visage pomponné aide à faire bonne figure par ces temps de troubles. C'est la raison pour laquelle la baisse du chiffre d'affaires de L'Oréal au quatrième trimestre de 2008 doit être prise comme un signe que la récession actuelle est sérieuse.

Le groupe français, qui a pu se vanter pendant des années de la croissance à deux chiffres de son résultat net, se bat désormais sur des marchés qui s'effondrent aux Etats-Unis dans les grands magasins et les salons de coiffure, stagnent en Europe. Et ralentissent sérieusement dans les pays émergents d'Europe de l'Est, du Golfe ou d'Asie qui lui avaient fourni un relais de croissance. Les clients se détournent des produits de luxe - comme les parfums Lancôme ou Armani - même dans les boutiques hors taxes des aéroports, avec la conviction qu'ils trouveront aussi bien pour moins cher. C'est peut-être une des raisons pour lesquelles la division de produits de grande consommation se maintient.

LIRE LA SUITE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article