L'éducation des enfants issus de l'immigration: un défi majeur pour les sociétés européennes

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

ALDE PRESS RELEASE Distribution: immediate - April 2, 2009, 11:25 am

En adoptant aujourd'hui à une large majorité le rapport d'initiative sur l'éducation des enfants des travailleurs migrants, défendu par Hannu TAKKULA (Suomen Keskusta, Finlande), le Parlement européen, réuni en session plénière à Bruxelles, presse l'UE et ses Etats membres de prendre à bras le corps un des principaux défis pour nos sociétés modernes. De fait les phénomènes migratoires ont considérablement augmenté ces dernières années, et progresseront encore, affectant désormais y compris des Etats membres qui n'avaient pas de traditions coloniales, transformant radicalement en bon nombre d'endroits la composition des écoles avec des classes plurielles pour la gestion desquelles les maitres et professeurs ne sont pas formés. Il apparaît que souvent, les différences culturelles rendent difficiles la compréhension et le dialogue entre élèves, et entre élèves et professeurs, avec comme triste conséquence des résultats scolaires des enfants de migrants nettement inférieurs à ceux des élèves originaires du pays d'accueil et au final un grand nombre d'enfants issus de l'immigration se retrouvant dans une situation socioéconomique précaire. Cette situation est ressentie comme une injustice car beaucoup d'enfants de l'immigration ne se sont en fait pas vus donner la chance de révéler leurs talents, et cela engendre des frustrations qui peuvent se retourner contre le pays d'accueil.

"Le plus important est d'impliquer la famille de l'enfant migrant car la réussite scolaire dépend aussi de l'environnement familiale et si les parents ne comprennent rien à l'importance du travail scolaire de leurs enfants, ils ne seront pas un facteur d'encouragement", relève Hannu Takkula. "C'est la raison pour laquelle je recommande aux gouvernements des Vingt Sept de garantir une éducation aux enfants des migrants dans les langues officielles du pays d'accueil, mais également de promouvoir la langue maternelle et de la culture du pays d'origine. J'estime qu'il est essentiel que les parents des enfants migrants, notamment leurs mères, soient impliqués dans les programmes d'enseignement des langues officielles du pays d'accueil, afin que les enfants ne se retrouvent pas en marge de la société et afin de les aider à s'intégrer au système scolaire", a-t-il poursuivi.

Selon le rapporteur, l'apprentissage des langues (langue maternelle et langue du pays d'accueil) doit être encouragé très tôt, dans le cadre de l'éducation pré-primaire, notamment afin de promouvoir l'inclusion des migrants et des minorités ethniques, telles que les Roms, au sein des sociétés européennes. "La volonté des migrants d'apprendre la langue du pays d'accueil et d'y organiser leur vie ne signifie pas qu'ils abandonnent leur langue et leur culture d'origine", a conclu M. Takkula.

Publié dans EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article