MANUEL VALLS : « Le PS est bloqué. Il parle une langue morte. Il continue à manger ses enfants."

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

PS : Manuel Valls compte ses soutiens

[ 29/06/09  ]

Parce que, selon lui, rien ne bouge au Parti socialiste, le député-maire d'Evry lance un club de réflexion visant à favoriser le débat et la rénovation de la gauche.

Au Parti socialiste, on n'aime rien tant que de compter les divisions, dans les deux sens du terme. Après s'être déchirés, les ténors du parti - « quadras » ambitieux et « quinquas » expérimentés - comptent désormais leurs troupes pour contribuer au débat d'idées et... se positionner avant la présidentielle de 2012. Après François Hollande, samedi à Lorient (lire ci-dessous), c'est au tour de Manuel Valls d'ouvrir la réflexion et d'effectuer une revue d'effectifs, ce soir à Paris.

 

« Il faut un sursaut »

« Le PS est bloqué. Il parle une langue morte. Il continue à manger ses enfants, assène le député-maire d'Evry. Pour sortir de la crise, il faut un sursaut. » Il explique n'avoir pas souhaité rejoindre la direction du PS (qui a été en partie réorganisée la semaine dernière) en raison de son immobilisme. « La direction pense que le résultat des élections régionales sera bon et que la crise emportera Nicolas Sarkozy, poursuit-il. Le seul levier qui permettrait de décoincer la situation, ce sont les primaires. Mais Martine Aubry a renvoyé le débat après les régionales. » C'est parce que, selon lui, rien ne bouge qu'il a pris l'initiative d'une « réflexion sur le renouveau de la gauche et en même temps sur sa différence par rapport à la droite ».

 

LIRE LA SUITE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article