Marielle de Sarnez : "François Bayrou doit être moins batailleur, d'autres doivent monter au créneau"

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

Publié le 03/07/2009 à 20:20 Le Point.fr - Par Charlotte Chaffanjon


Alors que le MoDem a subi une débâcle aux européennes, il réunit samedi à Paris son conseil national pour analyser les causes de l'échec et parler rénovation. Le bras droit de François Bayrou, Marielle de Sarnez, livre son analyse au point.fr.

lepoint.fr : Avec le recul, comment vous expliquez-vous l'échec du MoDem aux européennes ?

Marielle de Sarnez : Dans une campagne, quand rien ne marche, rien ne marche. Nous étions dans une stratégie très politique et les électeurs ne l'étaient pas. C'était une erreur. Mais ce qui est très important quand on subit un échec, c'est de l'assumer et de le comprendre. Il faut savoir se remettre en cause. Pendant un mois, nous avons fait l'analyse de l'échec de façon ouverte et transparente. Il y a eu des réunions d'adhérents dans toute la France. C'était utile et nécessaire, c'est bien que François Bayrou l'ait souhaité. Lui-même a d'ailleurs pris toute sa part dans l'échec, c'est positif et rare en politique.

lepoint.fr : Quelles sont les priorités aujourd'hui ?

Marielle de Sarnez : Le MoDem est un très jeune mouvement. Il a été confronté depuis sa naissance, en mai 2007, à une succession d'élections et il a manqué de temps pour poser des fondations solides en termes d'organisation, de projet, d'équipe, de gestion de ressources humaines. Il faut maintenant régler tout cela, nommer un chef de cabinet, des porte-parole, des secrétaires nationaux... Il faut mettre en place une mode opérationnel plus innovant et plus ouvert. Il faut aussi doter ce mouvement d'un corps de pensée partagé par tous les adhérents. Je propose un congrès programmatique à l'automne et j'espère que le conseil national ira dans ce sens samedi. Il y a plein de sujets sur lesquels on a besoin de débattre, le nucléaire par exemple.


LIRE LA SUITE

Publié dans MOUVEMENT DEMOCRATE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article