Au Xinjiang,"la tension entre Hans et Ouïgours est à son comble"

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

LEMONDE.FR | 08.07.09 | 15h49  •  Mis à jour le 08.07.09 | 16h09

Des internautes français et chinois, actuellement au Xinjiang, ont pu nous faire parvenir leurs témoignages. Ils décrivent une ambiance tendue et des moyens de communication sous contrôle strict.
  • Un malaise visible entre Hans et Ouïgours, par Saïd Braka

Je rentre tout juste d'un voyage professionnel à Urumqi. Je formais le personnel dans l'imprimerie d'un journal. Quelques jours avant mon retour, les gens étaient de plus en plus nerveux et la tension était palpable, même à l'hôtel. Tous parlaient de la mort de deux ouvriers ouïgours lynchés sans raisons fin juin et pour lesquels aucun procès n'avait encore été ouvert. A l'intérieur même du journal, le malaise était visible entre les contremaîtres (Hans pour la plupart) et les ouvriers (majoritairement Ouïgours), les uns, nerveux, criant et insultant les autres qui se réunissait alors très souvent entre eux dans des conciliabules aussi longs que bruyants. Dans la rue, j'ai pu voir de nombreux attroupements surveillés à distance par de nombreux agents de police. Avant mon départ, des véhicules anti-émeutes ont commencé à stationner de plus en plus nombreux au coin des rues.


LIRE LA SUITE

Publié dans INTERNATIONAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article