Union de la gauche : Aubry se heurte à un front du refus

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

Nicolas Barotte  - 13/07/2009 | Mise à jour : 07:25

Après les Verts et les radicaux de gauche, le président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, refuse la main tendue par Martine Aubry.

C'est non. La «maison commune» que la première secrétaire du PS Martine Aubry voudrait construire avec ses partenaires voit le nombre de pièces réduire de jour en jour. Le «rassemblement» et le «projet commun» qu'elle a proposés par écrit la semaine dernière à ses alliés n'ont pas convaincu.


Après la fin de non-recevoir, la semaine passée, des écologistes menés par Daniel Cohn-Bendit, les critiques des radicaux de gauche, au tour de Jean-Luc Mélenchon de dire non. Le président du Parti de gauche, pourtant ex-socialiste, a choisi ses alliés : le PS n'en fait pas partie pour l'instant. «Je leur demande de choisir leur camp», a lancé ce week-end l'ancien sénateur PS à ses ex-camarades.


«S'il s'agit de cautionner une comédie, je n'en suis pas», a-t-il déclaré au Journal du dimanche. Il s'étonne du courrier «étrange» que la numéro un du PS lui a envoyé, comme aux autres leaders de gauche la semaine dernière : «Comme si nos divergences ne portaient pas sur des sujets politiques très concrets ?» Il cite par exemple la stratégie d'alliance du PS, ouverte, selon lui, aux centristes du MoDem. Ce qu'il refuse. «La lettre d'Aubry sent le double jeu», accuse-t-il.


LIRE LA SUITE

Publié dans REVUES DE PRESSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article