Aung San Suu Kyi à nouveau réduite au silence

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

12.08.2009 - Asia Times Online

Accusée d'avoir violé les conditions de son assignation à résidence, l'opposante Aung San Suu Kyi a a été condamnée le 11 août à dix-huit mois de résidence surveillée. Elle ne pourra donc pas participer aux élections générales prévues en 2010 et son parti pourrait choisir de boycotter ce scrutin.


Comme on s'y attendait, la Dame de Rangoon a été jugée coupable. Un tribunal réuni sous haute surveillance à la prison d'Insein a reconnu la dirigeante de l'opposition démocrate coupable d'avoir violé les termes de son assignation à résidence et l'a condamnée à trois ans de prison. Dans l'intention manifeste de désamorcer les critiques de la communauté internationale, la junte au pouvoir a aussitôt commué sa peine en dix-huit mois de résidence surveillée à son domicile, au bord d'un lac de l'ancienne capitale birmane. Aung San Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la paix, a passé seize des vingt dernières années assignée à résidence.


Cette condamnation l'empêchera de participer aux prochaines élections, prévues pour 2010. Elle devrait également conduire la junte à un nouvel affrontement avec les Etats-Unis, qui ont déjà adopté une série de sanctions commerciales contre ce régime autoritaire, interdisant notamment l'importation de pierres précieuses en provenance du Myanmar.

 

LIRE LA SUITE

Publié dans INTERNATIONAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article