FICHE G1 : Recommandations aux entreprises et aux administrations pour la continuité des activités économiques et des services publics et la prévention sanitaire en période de pandémie

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

Les perturbations susceptibles d’affecter les services publics et les activités économiques en cas de pandémie peuvent être limitées par des actions de préparation en amont et, si la pandémie survient, par des adaptations demandant souplesse et réactivité en fonction de la situation sanitaire et du contexte local. La réponse optimale à ce défi appelle un effort collectif et concerté des chefs d’entreprise ou de service et de leurs employés.

L’approche méthodologique de la présente fiche se veut très large, afin que chacun y trouve des pistes de réponse à ses préoccupations et aux questions qui se poseraient en cas de pandémie. Son application doit être modulée en fonction de la taille de l’entreprise (PME, TPE), de son secteur d’activité et de circonstances locales.

1 Évaluation de l’enjeu
Par l’ampleur de ses conséquences, la grippe pandémique peut constituer une menace redoutable non seulement sur le plan humain mais aussi sur le plan de l’organisation de la société et de la vie économique. Due à un nouveau type de virus contre lequel la population n’a pas développé d’immunité, elle peut affecter une très grande proportion de la population, l’expérience des pandémies passées montrant que les classes jeunes sont souvent beaucoup plus touchées que lors des épidémies saisonnières.

Un objectif fondamental sera alors de concilier la continuité des activités du secteur privé comme du secteur public, et la protection de la santé des salariés des entreprises et des agents de la fonction publique, dans l’intérêt du bon fonctionnement de la société dans son ensemble.

Au-delà des établissements déjà soumis à l’application des règles de prévention du risque biologique en milieu professionnel, il est de l’intérêt de l’ensemble des entreprises et administrations, collectivités ou établissements publics de prendre les mesures d’organisation et de prévention adéquates pour permettre la poursuite ou l’adaptation de leur activité ou la continuité du service.

Face à une pandémie dont les conséquences sanitaires seraient limitées, l’objectif sera d’assurer un fonctionnement de l’entreprise ou de l’administration le plus proche possible des conditions normales. Il appartiendra à chacun, du chef d’entreprise ou de service à l’ensemble des employés, d’adopter un comportement solidaire afin que l’activité soit aussi peu perturbée que possible.

Si la pandémie fait de nombreuses victimes, la priorité de sauvegarde des vies humaines imposera probablement une interruption temporaire des activités non essentielles de manière à limiter les contacts qui aggraveraient l’épidémie. Le devoir de chacun sera alors de respecter strictement les consignes qui seront données par les pouvoirs publics et relayées par les employeurs.

Au-delà des consignes possibles de maintien à domicile dans les périodes les plus critiques, plusieurs raisons conduiront vraisemblablement à une forte réduction des effectifs présents sur le lieu de travail : maladie ou convalescence, présence à assurer au chevet d’un malade, « quarantaine familiale » des membres du foyer, garde des enfants dont les crèches et les écoles seront fermées, missions bénévoles indispensables au niveau local…

LIRE LA SUITE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article