Pourquoi le P.S. ne mourra pas...

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

par lesavant mercredi 19 août 2009 - 31

EXTRAITS

[...]
Les courants de pensée à l’intérieur du PS ne sont que la représentation des courants de pensée à l’intérieur de la gauche. Les "centristes" : les marseillais, les lyonnais, Royal, Peillon, les PS maintenus : Les nordistes, les parisiens, Hollande, la "gauche" du parti : Fabius, Hamon successeur d’Emmanuelli, et les opportunistes : les strauss-kahniens. Mais aussi ceux qui sont à l’extérieur : les souverainistes de gauche avec le MRC de Chevènement, la Gauche Moderne de Jean-Marie Bockel avec Sarkozy, et les Radicaux de Gauche de Baylet-Taubira. On est revenu à la situation des années 65 à 71...
[...]
L’erreur d’appréciation des positionnements à l’intérieur du PS est due à un vœu pieu. La logique voudrait en effet que Mélenchon et les siens rejoignent le PC et que les anciens rocardiens et les "royalistes" rejoignent Bayrou. De logique il n’y en a pas chez les socialistes, sinon le congrès d’Épinay n’aurait jamais eu lieu. Il ne s’agit que de luttes d’influence entre des groupes de personne pour prendre le pouvoir dans le parti pour être candidat à la présidentielle, c’est la raison principale du bloc socialiste dans le PS. Et comme ce sont les hommes et les femmes qui portent les idées et non l’inverse...

LIRE LA SUITE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article