"Vite ressortir l'arc républicain !", par Jean-Luc Bennahmias

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

13 septembre 2010

 

Jean-Luc Bennahmias

Jean-Luc Bennahmias, député européen et vice-président du Mouvement Démocrate, a publié ce lundi une tribune dans l'hebdomadaire "Marianne".

"Contre les faux-semblants et les compromis mous, il devient urgent de proposer de vraies réformes de fond.

La crise économique, sociale et financière que nous traversons est d'une gravité hors norme, comme le succès des manifestations l'a souligné. Avec un taux de chômage de 10 pour cent, les 600 000 chômeurs de 1973 ou le "plein-emploi" évoqué encore récemment paraissent de bien lointains souvenirs.

Penser que les marchés avaient toujours raison et pouvaient s'"autoréguler" était une idée folle dont nous payons maintenant le prix. De cette crise, on avait d'abord cru pouvoir nous sauver par un plan bancaire, avant de nous promettre une refondation du système en clamant haut et fort : "Plus jamais ça !"

Mais si ce diagnostic lucide est aujourd'hui partagé, des promesses de réforme, il ne reste malheureusement que l'austérité, et tout particulièrement pour les gens déjà en grande difficulté. Plan de relance européen il n'y eut jamais, majestueux plan de relance franco-français dont on parlait encore il y a un an : oublié ! Quant à la refondation du système, elle fut reportée aux calendes grecques. Reste donc le sentiment légitime que l'on nous raconte des histoires, voire que l'on nous nargue grossièrement.


Pourquoi un tel échec ?

Parce que la logique politique de ces dernières années, axée sur la division, l'affrontement permanent, la "rupture" et l'arrogance, nous enferme dans une passivité coupable, fruit de dogmatismes et d'un manque de courage qui anesthésient pour l'heure toute promesse de mutation.

Les dossiers de la dette, des retraites, et bientôt de la Sécurité sociale ont besoin d'une politique fiscale équitable, de la même manière que notre cadre social mérite d'être ajusté à notre temps et à l'évolution démographique.

Sans utiliser la crise comme alibi pour une mise à bas des fondamentaux de nos modèles sociaux, il faut revenir sur l'émiettement des contrats de travail et intégrer, pour de vrai, la sécurisation des parcours. Or, la majorité, à visage découvert, jure qu'elle ne touchera pas aux flux financiers exubérants qui ont pourtant démoli le système qu'elle prétend défendre : c'est inadmissible ! L'apologie du profit immédiat, au même titre que celle de la concurrence érigée en dogme, est incompatible avec toute politique de justice sociale.

La fiscalité, outil légitime de toute démocratie, ne peut s'exonérer d'une activité aussi prépondérante dans la sphère économique que la spéculation financière. Y renoncer, c'est cautionner un système parallèle d'économie irréelle dont les conséquences sont aussi désastreuses et paralysantes que peuvent l'être la corruption et le marché noir dans les pays en voie de développement. Mais de manière similaire, la gauche, ou plus précisément une partie de celle-ci, ne laisse pas le monopole des faux-semblants et de l'hypocrisie à la majorité présidentielle. Par ses propres tabous, par son refus de regarder la réalité comme elle est, elle nous renvoie à son image électoraliste et sectaire d'un autre temps...

Nous devons offrir de nouvelles perspectives sociales et économiques à notre pays, sans quoi l'édifice restera définitivement bancal, laissant le pacte de confiance en ruine, et les problèmes intacts : l'abstention chronique, le désintérêt contagieux, le règne du populisme et l'éternelle dérobade de "l'ennemi, c'est l'étranger".

Gestion des âges, politique active de lutte contre le sous et le mal-emploi, réduction des niches et de l'évasion fiscales, application du principe de transparence budgétaire : nous devons marquer la multiplicité de nos convergences. Nous, démocrates, écologistes et républicains, qui n'avons pas toujours pu ou su aller au bout de nos démarches constructives de rapprochement, c'est ensemble que nous allons devoir remettre à plat notre modèle. Ne nous arrêtons pas au milieu du gué.

L'Union des centristes, celle des écologistes comme autrefois des trotskistes, sont très "tendance". Certes, réunir le plus grand nombre de personnes de sa famille est en soi légitime. Il reste qu'unir les démocrates du MoDem et les centristes qui pensent que, en dehors de M. Sarkozy, il n'est point de salut, relèverait du même exploit que de rassembler les écologistes adeptes du développement durable et les fans de la décroissance. A l'impossible, nul n'est tenu ! D'où la pertinence d'un "arc central des progressistes écologistes et républicains", seul capable d'atteindre une majorité à même de mener les réformes nécessaires. Le rassemblement pertinent, s'il est plus large, n'est pas celui du compromis mou. De ce point de vue, Jean-François Kahn a raison : " Il est évident que la convergence (qu'il faut appeler de nos voeux) concerne non pas tout le monde, mais ceux, d'où qu'ils viennent dans l'espace démocratique et républicain, qui aspirent à l'avènement d'un monde plus juste, plus rationnel et plus moral. " Car nous avons besoin d'engagement et de réalisations singulièrement radicales. A ce niveau, nous considérons que les conservateurs, les gardiens de l'ordre établi, ne sont pas toujours où l'on pense. A nous de répondre à l'impératif exigeant de savoir repérer les positionnements justes.

Si cela continue de faire ronchonner les caciques, qu'importe : selon les sujets, des hommes de droite comme de gauche peuvent détenir une part de vérité éclairante. Le Mouvement Démocrate est partie prenante de ce renouveau politique. Il en est d'ailleurs, quoi qu'on en dise, à l'origine. Extension de cultures politiques diverses, et parfois historiquement opposées, d'obédiences centriste, écolo, sociale-démocrate, et ceux qui n'avaient jamais adhéré avant l'élection présidentielle, nous avons décidé ensemble dès 2007 de construire une troisième voie hors des deux blocs existants.

Humanisme, démocratie, droits de l'homme, laïcité, république, développement durable. Les valeurs que nous portons sont partagées par un certain nombre dans le paysage politique. Et c'est une chance !

En ce qui nous concerne, au Mouvement Démocrate, à nous de faire valoir la copie originale. Celle d'un modèle non autoritaire qui soit progressiste, laïque et tolérant. Les grandes transformations, issues de toutes les phases post-révolutionnaires françaises et américaines du XIXe siècle, sont nées dans la difficulté. A chaque période historique de crise, les débats d'idées ont fait émerger des sensibilités politiques nouvelles et avant-gardistes. A nous de savoir saisir le moment présent pour remettre la politique " à la une ", proposer les réformes de fond sans passer par les fourches caudines du populisme, de l'autoritarisme, voire de la terreur.

Conservateurs de tous les partis, s'abstenir !"

Jean-Luc Bennahmias
Député européen, vice-président du Mouvement démocrate.

Publié dans MOUVEMENT DEMOCRATE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article