Sarkozy et l'Europe : un rendez-vous manqué

Publié le par MODEM MARNE & CHANTEREINE - CHELLES

La Tribune.fr - 07/05/08 à 8:53 - 1149 mots

Nicolas Sarkozy a gaspillé le potentiel de sympathie acquis avec le traité simplifié en poursuivant des chimères, comme le contrôle de la BCE ou l'Union pour la Méditerranée, et en s'accrochant à la PAC, estime Charles Wyplosz, professeur d'économie (Institut universitaire de hautes études internationales de Genève).

En annonçant la rupture avec les archaïsmes franco-français, le candidat Sarkozy se présentait comme celui qui mettrait un terme à la marginalisation de la France dans les affaires européennes. Certes, son ardeur à promouvoir les entreprises françaises inquiétait nos partenaires, mais l'idée d'une France profondément réformée soulevait bien des espoirs.

Même si la tendance à tirer la couverture à soi avait suscité quelques agacements, l'engagement enthousiaste du président à promouvoir un traité simplifié avait, d'un coup, remis la France en selle. Et puis, en Europe comme en France, devenu président, Nicolas Sarkozy a multiplié les malentendus, souvent les maladresses, et créé de la déception, muée en angoisse avec l'arrivée de la présidence française.


Publié dans EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article